Fast, easy and free

Create your website now

I create my website
Free website created on
SiteW

Auckland Nouvelle-Zélande

Surnommé la ville aux voiles, Auckland occupe la 3ème

place dans le classement des villes les plus agréables du monde.

Auckland est le point d’arrivée privilégié des touristes tous azimuts, quand bien même le pays comporte six autres aéroports, c’est le principal centre de transit de Nouvelle-Zélande. Chaque année y sont accueillis au moins un million de voyageurs qui, pour la plupart, ne font qu’entrevoir la ville en raison de la fatigue due au décalage horaire. Pour nombre d’entre eux cela tient à l’envie de plonger sans tarder dans les paysages tant de fois contés du célèbre Seigneur des Anneaux. Les plus astucieux quant à eux se rendront compte qu’Auckland recèle bien des merveilles, si tant est que l’on se donne la peine de s’y pencher.


Si vous pensiez que New-York, Londres ou même Paris étaient classées parmi celles où il faisait bon vivre détrompez-vous, Auckland leur vole la vedette et de très loin (quand bien même, et contrairement à l’idée populaire, c’est Wellington qui à présent est devenue la capitale de la Nouvelle-Zélande). Comment alors expliquer cet engouement, d’autant qu’avec ses 1,3 millions d’habitants sur un territoire de 1.000 km2 la ville abrite à elle seule le tiers de la population du pays. Elle pourrait par ailleurs rapidement prétendre à la première place, grâce à ses infrastructures modernisées en 2012 pour la coupe du monde de rugby.

Point de vue sur Auckland de Mount Eden de Tamaki Makaurau

Pour la petite histoire, et afin de vous aventurer en toute connaissance de cause à la découverte d’Auckland, sachez qu’avant l’arrivée des européens les Maoris se déplaçaient à pied ou à bord de minuscules embarcations en bois de leur fabrication tout au long des côtes. Les tribus se devaient à l’époque d’observer leurs ennemis en des points stratégiques. C’est ainsi que sont nés au sommet de collines des villages fortifiés contre lesquels plus d’un s’y est, comme on le dit communément, cassé le nez. Ce n’est qu’au 18 septembre 1840 que la signature du traité de Waitangi mettra fin aux hostilités avec les européens.


Ces pistes qu’ils ont foulées ont préfiguré le tracé du premier réseau routier néo-zélandais, délimitant ainsi plusieurs axes majeurs empruntés encore de nos jours. Sont inclus celui de la côte occidentale, desservant l’ensemble de l’Île du Nord, et celui de la côte est, partant du littoral aux abords de Castlepoint et rejoignait Napier. Dans l’Île du Sud, un second sentier majeur ralliait la côte est. Les premières artères routières quant à elles, comme la Grande route du Sud, furent construites par l’Armée Britannique pour l’acheminement de ses troupes.

Cratère du Mont Eden, un ancien volcan sacré éteint

C’est sur une cinquantaine de volcans en sommeil que s’est bâtie Auckland, après qu’une immense réserve de magma se soit écoulée. Le mont Eden est dont bel et bien un volcan mais, alors que la dernière éruption remonte à 600 ans, vous n’obtiendrez pas l’autorisation pour descendre en son cratère. Les îles que vous apercevrez au large sont elles aussi d’origine volcanique, vous pourrez par ailleurs visiter le volcan de White Island plus au nord.


Accessible autant en voiture qu’à pied, en empruntant de petits escaliers escarpés ou des routes serpentant  au travers de monticules de verdure,  sachez qu’une route circulaire vous permettra sur 360° d’observer le panorama, à défaut de pouvoir fouler son sol sacré. C’est que quand Dame nature s’est enfin apaisée, les hommes ont pris la relève et d’interminables guerres tribales s’en sont suivies. Le nom maori de cette région signifie depuis lors « Tamaki Makaurau » (la bataille des cents amants).

La Sky tower est le symbole de la ville d’Auckland

C’est impensable d’imaginer Auckland sans sa tour, bâtie seulement pourtant en 1997, la plus culminante de l’hémisphère sud en Nouvelle-Zélande qui, avec ses 328 mètres, dépasse en taille la Tour Eiffel elle-même de quelques encablures. En empruntant l’ascenseur qui conduit à la plateforme d’observation, située au dernier étage de la Sky tower, vous avez une vue imprenable sur toute la région. En expérimentant le « Sky Tower 360° Sky Walk », une randonnée circulaire balayée par le vent sur la plate-forme, vous pourrez vous pencher dans le vide… mais harnaché et en toute sécurité, jamais trop n’en faut niveau sécurité. Vous pouvez tout aussi bien profiter de cette vue exceptionnelle, bien à l’abri dans le restaurant voire même de plus haut, pour une meilleure vue à couper le souffle sur l’ensemble du port ou pour observer les îles par temps clair.


C’est sous Victoria Street, aux abords de Sky City, un complexe géant qui abrite le plus grand casino national, que se trouve l’entrée de la tour. Pour les plus hardis d’entre vous, et à condition de n’avoir pas froid aux yeux, sachez qu’une attraction qui consiste à se jeter du haut de la tour à la vitesse de 85 km/heures. Essayez de vous imaginer en chute libre sur 192 mètres, avec pour seul spectacle le plancher des vaches dont vous vous rapprochez à la vitesse Grand V, un cout vertige de 10 secondes mais fait de terreur (sans aucun risque, l’atterrissage se faisant en douceur, mais sensations garanties).